Les prodiges de l’esprit naturel

les-prodiges-de-l-esprit-naturel

Le livre de de Tenzin Wangyal, « Les prodiges de l’esprit naturel » a exposé pour la première fois en Occident les enseignements du Dzogchen (La Grande Perfection)  selon la  Vue du BÖN. Le BÖN est la plus ancienne tradition spirituelle du Tibet. Selon cette tradition, le Dzogchen fût enseigné par Shenrab Miwoché en Asie centrale, il y a 17000 ans.

Les enseignements du Dzogchen expliquent notammentque le mouvement de l’énergie au sein de l’état primordial donne naissance à la luminosité sous la forme de cinq lumières pures et que lorsqu’elles s’intensifient  le son de la lumière s’élève.

Les cinq lumières pures sont la base à partir de laquelle l’énergie de la Claire Lumière se manifeste sous la forme de son, de lumières et de rayons, manifestations qu’on appelle les Trois Grandes Visions. La pratique du Dzogchen permet d’avoir une expérience et une connaissance directe de l’émergence spontanée des trois grandes visions.

01884670-photo-les-3-singes-de-la-sagesse

Si par exemple nous nous bouchons les oreilles, nous entendons le son intérieur naturel. De cette façon, nous faisons le lien entre le son et la vacuité car la Claire Lumière de la vacuité est la base d’ou s’élèvent les trois grandes visions. Des techniques particulières permettent de produire l’expérience de la luminosité. Une technique plus simple est de fermer les yeux et d’exercer une légère pression des doigts sur les globes occulaires de façon à voir cette lumière naturelle qui s’élève spontanément. C’est la luminosité intérieure. Nous pouvons avoir ainsi un nombre infini de visions différentes : des cercles de lumière des cinq couleurs, des thiglés, des images, des mandalas…

Tout ce qui est présent dans l’esprit peut se manifester sous forme de visions. L’important n’est pas le contenu ou la forme des visions, mais comment nous les recevons et dans quelle mesure nous les reconnaissons comme la manifestation de l’énergie de notre état primordial.

Tenzin Wangyal

554

 

LD4all_halfbanner_fr

Publicités

3 commentaires sur “Les prodiges de l’esprit naturel

  1. Le Surat Shabd Yoga (lit., ‘l’union de l’âme – de la conscience – avec le son spirituel intérieur’) est une discipline ancienne dont le but est de permettre à l’âme (la conscience) de s’élever au-delà du corps, pour atteindre les régions spirituelles intérieures, au moyen du son intérieur – ou flot de vie. Il semble que le Shabd Yoga ait sa source à la période indienne pré-védique. Cette pratique yogique ne s’est manifestée clairement, et n’est bien connue que depuis 5 siècles. Les ouvrages majeurs qui la décrivent ou qui l’illustrent comprennent: la Hathayoga Pradipika, la Nadabindu Upanishad , et les écrits des poètes nirguna bhakti de la tradition Sant, comme l’Anurag Sagar (attribué à Kabir, mais datant plus vraisemblablement d’une époque postérieure) et le Ghat Ramayana de Tulsi Sahib. Les traités les plus clairs et les plus détaillés sur la pratique du Surat Shabd Yoga viennent du Sar Bachan de Shiv Dayal Singh (comprenant des volumes de prose et des volumes de vers), l’écriture principale du mouvement Radhasoami.

    (…)

    Parmi tous les mouvements dont il est ici question, la Divine Light Mission est celui dont le moins de personnes connaissent les liens avec la tradition Radhasoami.
    Comme le note Juergensmeyer:
    Il est rapporté que la « Divine Light Mission » de l’enfant-gourou Shri Sant Ji Maharaj (alias PREM RAWAT http://fr.theypi.net/les-cles.php ) dérive des enseignements Radhasoami et de la communauté Radhasoami.

    1499

    Selon certains témoignages, le père de l’actuel enfant-gourou a été disciple d’une des branches de Radhasoami, mais il s’en est séparé pour créer son propre groupe.
    Avec l’émergence de Balyogeshwar (alias Guru Maharaji), la mission est apparue au public en Inde et en Amérique du Nord. En attirant des milliers de dévots, ce mouvement a eu son impact maximum au début des années 70. La croissance initiale a diminué depuis cette date, et ce groupe jouit actuellement d’une stabilité relative, sans afflux significatif de nouveaux membres, et sans exode substantiel.
    Le parallèle le plus frappant entre la Divine Light Mission et la tradition Radhasoami concerne l’enseignement du « Verbe Divin », la mélodie spirituelle intérieure. Les deux groupes emploient des techniques de méditation pour focaliser l’attention des initiés sur le courant de la « lumière et du son », avec la croyance que celui-ci libère l’âme du corps matériel. Les deux groupes ont des enseignements similaires sur la nature du « Verbe Divin », mais il diffèrent sur la façon exacte d’approcher la Demeure Suprême.

    David Rife
    Conférence de l’Académie Américaine des Religions

    Université de Stanford
    Mars 1982

  2. Le Nada Yoga est une pratique de concentration connue de l’Hindouisme aussi bien que du Bouddhisme qui consiste à fixer l’attention sur un son que l’on peut entendre à l’intérieur des oreilles et de la tête.
    Ce qui caractérise ce son est qu’il augmente d’intensité en fonction du degré de concentration du méditant.
    Dans le sutra Shurangama, essentiel dans la tradition du Bouddhisme mahāyāna chinois, Avalokiteśvara déclare qu’il a atteint l’illumination grâce à la concentration sur le subtil son intérieur. Le Bouddha félicite alors Avalokitesvara et déclare que ce moyen est la suprême voie de l’Eveil.
    Ce son est également connu en Inde et a été utilisé largement par le mouvement des Radha Soami.
    Il y est fait référence dans le traité sur le yoga intitulé Hatha Yoga Pradipika : « Cette sonorité qui est le Son primordial d’où découle toute la Création est perçue comme une vibration sonore à l’intérieur du Sushumnâ. Pour l’écouter, il faut adopter une mudra spéciale. Les phases de l’écoute du son sont liées aux étapes de la remontée de la Kundalinî. »
    En Occident, Edouard Salim Michael a consacré plusieurs chapitres de son premier ouvrage « La voie de la vigilance Intérieure » au Nada Yoga. Ce support de concentration est également enseigné par le vénérable Ajahn Sumedho de la tradition des moines de la forêt du Bouddhisme theravāda qui y fait référence notamment dans son ouvrage « The Sound of Silence ».

    Ceci est un extrait de l’article Nada Yoga de l’encyclopédie libre Wikipedia. La liste des auteurs est disponible sur Wikipedia.

  3. « Le chercheur a besoin de supports de concentration. La sensation corporelle et l’attention à la respiration constituent deux moyens excellents pour revenir à soi-même dans un maintenant continuel. Outre ces deux supports, il en existe un de particulièrement efficace pour réduire le bavardage intérieur, il s’agit du son intérieur, le Nada comme on le nomme en Inde, qui peut être entendu à l’intérieur des oreilles et de la tête.
    Ce Son intérieur connu des traditions bouddhiques et hindoues est regardé dans le Shurangama sutra comme le moyen par excellence d’atteindre l’Eveil. C’est sur ce moyen spécifique que Salim Michael s’est appuyé pour connaitre l’Eveil.

    La voie de la vigilance intérieure chapitre 10

    On ne peut assez souligner la valeur de cette forme de méditation, en particulier pour ceux qui ne savent pas encore où diriger leur attention et qui éprouvent de grandes difficultés à rester concentrés quand ils méditent.
    Après avoir pris sa posture de méditation et s’être préparé mentalement et physiquement — en tranquillisant son mental, se relaxant et éprouvant une profonde sensation globale de son corps —, le chercheur doit fermement décider de ne plus bouger.
    Fermant les yeux, il doit demeurer aussi recueilli que possible, écoutant intérieurement avec une attention soutenue. S’il peut rester suffisamment concentré, profondément absorbé dans la recherche de ce son intérieur, il va, s’il persiste, devenir soudain conscient d’un faible son inhabituel audible au plus profond des oreilles et de la tête, et qui lui était toujours demeuré imperceptible auparavant parce qu’étouffé par le vacarme de son agitation mentale incessante.

    La voie de la vigilance intérieure chapitre 11

    Il peut être comparé au doux murmure du vent et au bruissement continu des vagues de l’océan, auxquels s’ajoute un son strident et suraigu composé de toutes les harmoniques de l’Univers. Dans de plus hautes sphères, ce Nada sacré possède une sorte d’étrange timbre argentin quelque peu analogue au tintement continuel de minuscules morceaux de verre, auquel se superposent d’autres sons toujours plus subtils, jusqu’à ce que, finalement, ces sons plus ténus semblent disparaître dans l’infini.
    Lorsque le chercheur aura reconnu ce Nada et qu’il se sera suffisamment familiarisé avec lui, il s’apercevra que, contrairement aux conditions intérieures et extérieures toujours changeantes auxquelles il était habitué jusqu’alors, ce son mystique possède une étrange continuité qui n’est pas de ce monde.

    Pratique spirituelle et éveil intérieur chapitre 3

    Lorsqu’il prend le Nada — ce son mystérieux qui ressemble au bruissement continu des vagues de l’océan ou au doux murmure du vent, auxquels s’ajoute un étrange timbre argenté contenant des harmoniques de plus en plus fines et cristallines — comme support principal pour sa méditation, le chercheur doit rester constamment attentif et suivre la continuité que possède ce son.
    Il ne doit toutefois jamais oublier qu’il ne l’utilise qu’en vue d’arriver un jour à se trouver relié à un autre état d’être en lui-même, au delà du temps et de l’espace, et non pas pour tout simplement l’entendre.
    En effet, ce son n’est pas un but en soi ; il constitue seulement un moyen temporaire destiné à soutenir la concentration de l’aspirant pendant qu’il essaie de méditer.

    La voie de la vigilance intérieure chapitre 12

    Pour la plupart des gens, il s’avère nécessaire au commencement de leur quête de fournir, avec le maximum de sincérité et de détermination, des efforts soutenus. Mais ils ont également besoin de quelque chose de précis à quoi s’accrocher, qui puisse les aider et les guider dans ce difficile voyage spirituel, pour éviter qu’ils n’errent aveuglément en essayant de trouver par chance la porte secrète menant à leur Véritable Etre.
    C’est pourquoi ce son intérieur mystique est pareil à une précieuse corde sacrée, lancée par la Grâce Divine vers un chercheur qui se noie pour qu’il s’en saisisse et qu’avec son aide, il arrive à s’extraire du puits obscur de sa nature inférieure pour s’élever vers la lumière et la vaste expansion de sa conscience supérieure.
    « http://fr.meditation-presence.com/fr/enseignement/5—le-nada

    Ou encore :

    « Le Nada Yoga est une pratique de concentration connue de l’Hindouisme aussi bien que du Bouddhisme qui consiste à fixer l’attention sur un son que l’on peut entendre à l’intérieur des oreilles et de la tête.

    Ce qui caractérise ce son est qu’il augmente d’intensité en fonction du degré de concentration du méditant.

    Dans le sutra Shurangama, essentiel dans la tradition du Bouddhisme mahāyāna chinois, Avalokiteśvara déclare qu’il a atteint l’illumination grâce à la concentration sur le subtil son intérieur. Le Bouddha félicite alors Avalokitesvara et déclare que ce moyen est la suprême voie de l’Eveil.

    Ce son est également connu en Inde et a été utilisé largement par le mouvement des Radha Soami (en).

    Il y est fait référence dans le traité sur le yoga intitulé Hatha Yoga Pradipika : « Cette sonorité qui est le Son primordial d’où découle toute la Création est perçue comme une vibration sonore à l’intérieur du Sushumnâ. Pour l’écouter, il faut adopter une mudra spéciale. Les phases de l’écoute du son sont liées aux étapes de la remontée de la Kundalinî. »

    En Occident, Edouard Salim Michael a consacré plusieurs chapitres de son premier ouvrage « La voie de la vigilance Intérieure » au Nada Yoga. Ce support de concentration est également enseigné par le vénérable Ajahn Sumedho de la tradition des moines de la forêt du Bouddhisme theravāda qui y fait référence notamment dans son ouvrage « The Sound of Silence ». » http://fr.wikipedia.org/wiki/Nada_Yoga

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s