La fiction d’un état meilleur

9120 Toute la tragédie de l’esprit humain découle d’une seule erreur: la sous-estimation et la non-acceptation de notre état présent qui nous assujettissent à la fiction d’un état meilleur, à sa recherche et à la mise en œuvre des moyens de l’atteindre. « L’homme est toujours a la recherche de quelque chose – argent, pouvoir, sexe, amour, expérience mystique, vérité, Illumination – et cette recherche même le met en dehors de l’état naturel. » Nous passons notre vie à poursuivre l’image idéale de nous-même. Dans cette perspective, nous nous assignons une série de buts. Nos cultures nous y encouragent; elles consacrent une sorte de hiérarchie des ambitions humaines, allant du matériel au spirituel – même si les « ambitions spirituelles » sont généralement inavouées. Et pour mieux réussir, nous buvons les sacro-saintes paroles de l’une ou l’autre « autorité ». « Votre, désir – désir d’écouter, de comprendre, d’êtres semblable à telle ou telle personne – a été suscité par la société qui est préoccupée par la perfection de l’homme. Mais l’homme parfait n’existe pas, et c’est notre problème. Tout ce que nous pouvons faire, c’est d’être nous-mêmes. » Tout compte fait, nos ambitions matérielles sont les moins suspectes. Ainsi l’acquisition de connaissances diverses et multiples, au prix d’un effort soutenu, est normale et nécessaire pour assurer notre position sociale. Elle permet à l’individu de s’insérer dans la réalité qui lui est imposée par sa culture et d’arriver à un fonctionnement sain et intelligent dans ce monde. Mais en même temps Il est bon de savoir que l’étude, la recherche et l’ambition n’ont pas d’autre valeur que cette valeur fonctionnelle. U.G. observe que certaines personnes, en quête de spiritualité, se proposent d’atteindre une « réalité ultime », dont elles ne savent et ne sauront jamais rien, à l’exception des idées qu’elles ont pu engranger à ce propos. A l’interlocuteur qui lui demande: « Avons-nous une chance de passer d’une connaissance intellectuelle de la réalité ultime, à cette réalité même? », l’orateur répond: « Si vous êtes assez chanceux pour vous libérer du mouvement de la pensée, la question de la réalité ultime disparaitra ». Jean Couvrin

Jean Couvrin ? Ah oui, Jean Couvrin et la vision sans tête :

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s