Si vous ne comprenez pas aujourd’hui, vous ne comprendrez pas demain.

Image

Si vous ne comprenez pas aujourd’hui, vous ne comprendrez pas demain. Pourquoi d’ailleurs voulez-vous comprendre ce que je dis ? Vous ne pouvez pas comprendre. C’est de votre part un exercice futile que de comparer mon mode de fonctionnement au vôtre. C’est une chose que je ne peux pas communiquer. En fait aucune communication n’est nécessaire. Aucun dialogue n’est possible.

Quand le «vous» n’est pas là, quand le problème n’est pas là,  ce qui est, c’est la compréhension : c’est la fin du « vous », le « vous » s’en va. Vous n’écouterez plus celui qui décrit cet état et vous ne lui poserez plus de question sur la compréhension de cet état…

UG

Publicités

Un commentaire sur “Si vous ne comprenez pas aujourd’hui, vous ne comprendrez pas demain.

  1. Alors pourquoi posez-vous toutes ces questions, pourquoi n’êtes-vous pas satisfait des réponses que vous avez déjà? Je vous pose la question. Pourquoi? Si vous étiez satisfait, alors, voyez-vous, il n’y aurait plus problème. Vous diriez : « je n’ai aucun besoin d’une réponse ». Mais non. La question est là, en vous. Vous pouvez demander à qui vous voulez, espérer une solution, elle est toujours là. Pourquoi y est-elle toujours? Qu’arrive-t-il si la question n’est plus là? Si elle n’est plus là, vous n’êtes plus là non plus.

    VOUS êtes les réponses, vous n’êtes rien d’autre. Je ne dis rien de plus, rien de moins. Si vous comprenez qu’il n’y a pas là d’entité qui pose les questions, la réponse elle-même est en grand danger d’annihilation [et vous avec]. C’est pourquoi elle ne veut pas de réponse. La vraie réponse serait la fin des réponses que vous avez déjà, et qui ne sont pas vraiment les vôtres.

    Qu’est-ce que ça peut f… si ces réponses arrivent à leur fin? [Et le reste -vous- avec elles?]. Les réponses que vous avez sont déjà mortes, elles vous viennent de gens qui sont morts. Et celui qui les répète est lui aussi un macchabée. Celui qui est vivant ne peut pas répondre à ces questions, toute réponse qui vous vient de qui que ce soit est une réponse morte parce que la question est une question morte, la question de quelqu’un qui est déjà mort. Voilà pourquoi je ne vous donne aucune réponse, rien. Vous vivez dans un univers d’idées mortes.

    Les solutions que vous avez ne vous sont d’aucune aide pour affronter la vie. Elles sont tout juste bonnes comme sujet de discussion académique, pour le rituel question-réponse -on ressasse les mêmes idées sans vie; ces solutions, ces idées, ces rituels, ne peuvent jamais, jamais, toucher à la vie, parce que si jamais ça arrivait, la vie consumerait tout ça dans un feu d’enfer, il n’y aurait plus trace de rien.

    Ainsi vous n’allez jamais vous approcher de la vie, de quoi que ce soit de vivant. Tant que vous utilisez la pensée pour comprendre ou faire l’expérience de quoi que ce soit, vous ne voyez rien, vous ne touchez rien de vivant. Quand la pensée n’est plus là, il n’y a plus rien à comprendre, plus d’expérience à faire. Quand on a une expérience, on ne fait qu’ajouter à l’élan de la pensée, à son emprise, pas plus, Il n’y a rien qui vous appartienne en propre.

Les commentaires sont fermés.